Ma version du Festival d’Edimbourg 2015

Playhouse Edimbourg

Le festival d’Edimbourg est le plus grand festival du monde. C’est ce qui a été annoncé cette année. Pour être correct, quand on parle du festival d’Edimbourg, on parle du Fringe Festival, un festival artistique (il regroupe des one-man-shows, des pièces de théâtre, du cirque, des concerts et j’en passe) qui est organisé à Edimbourg depuis 1947. Il a lieu tous les mois d’août pendant 3 semaines et submerge littéralement tous les recoins de la ville. Plus de 3000 spectacles ont eu lieu cette année! Du coup, on n’est plus tellement surpris de son appellation de plus grand festival du monde!

Mais le festival d’Edimbourg, c’est plus que ça et surtout, ce n’était absolument pas le Fringe Festival à l’origine (Fringe veut dire bordure, en marge en anglais). Le Fringe était un petit festival qui avait lieu avant et après un autre festival. Le festival d’Edimbourg était le Festival International d’Edimbourg (aussi créé en 1947) qui regroupe des spectacles de théâtre, des opéras, des ballets, des concerts. Un festival plus classique, proposant une programmation d’artistes et de groupes internationaux de renom.

IMG_20150825_205152

En plus de ces deux festivals majeurs, plusieurs autres festivals et évènements sont venus se greffer sur la ville d’Edimbourg, finissant de transformer le centre ville en scène géante. Pour être honnête, cette période est de loin la moins agréable à Edimbourg. Les rues sont bondées en permanence, les restaurants pris d’assaut, les bus pleins à craquer à 22h30 le soir. Heureusement, je n’habite pas dans un quartier où les évènements ont lieu.

Bien entendu, je suis une fan de culture et surtout d’art. Alors si tout ça dérange les habitants de la capitale écossaise, cela nous offre aussi des centaines d’opportunités de découvrir de nouveaux artistes. Aujourd’hui, je souhaite vous faire découvrir ma manière de profiter de ces festivals.

Le Festival International d’Edimbourg

Cette année, j’ai choisi de profiter de la superbe programmation du Festival International d’Edimbourg (EIF de son petit nom). J’ai paniqué devant les centaines de pages de la programmation du Fringe et je suis tombée amoureuse de celle du EIF. J’ai choisi 3 spectacles qui ont eu lieu dans 2 salles emblématiques de la ville: le Festival Theatre & le Playhouse (théatre où ont lieu des représentations de comédies musicales toute l’année).

  • La dernière tournée de Sylvie Guillem: Life in Progress. Un joli spectacle où elle ne revient pas sur sa carrière mais où elle expérimente. Une façon de regarder le futur et de ne pas se retourner sur le passé. Un spectacle contemporain avec beaucoup de jeu entre les danseurs. J’ai été très impressionnée par son interprétation. Elle fait partie d’un groupe très restreint de danseurs exceptionnels et je suis ravie d’avoir pu être spectatrice d’une représentation live.
  • Le concert du compositeur Max Richter: Recomposed Memoryhouse. Max Richter était accompagné par l’orchestre de la BBC Ecosse pour nous interpréter sa version des 4 Saisons de Vivaldi ainsi que son album Memoryhouse. J’ai été vraiment complètement séduite par sa version des 4 Saisons. Son adaptation est moderne tout en gardant son essence. Je sais exactement quand une interprétation me conquiert; j’ai eu des frissons tout au long des morceaux! Son album Memoryhouse est parfois un peu moins accessible que les 4 saisons mais c’est un très bel album de musique classique moderne. A écouter!

 

  • J’ai tellement aimé les 4 saisons de Max Richter que j’ai acheté une place pour le Ballet de Zürich juste en sortant du concert de Max Richter. 🙂 Ce soir là, ils nous ont interprété une chorégraphie de Wayne MacGregor sur les 4 saisons: Kairos et une chorégraphie de Christian Spuck: Sonett, un mélange de ballet et de récitatifs de sonnets de Shakespeare en français. La performance des danseurs sur les 4 saisons était vraiment magnifique et incroyablement physique. C’est le morceau Printemps nº1 qui m’a vraiment ému. La mise en scène, les lumières et l’interprétation étaient… magiques…

Alors oui, je n’ai pas beaucoup rigolé cette année mais j’ai beaucoup apprécié les découvertes. J’ai surtout apprécié de regarder les spectacles dans de bonnes conditions. Je me souviens avoir été voir un humoriste l’année dernière, et d’avoir passé 45mins à le regarder avec 25 autres personnes dans une pièce de moins de 10m2. Effet sauna garanti! Le luxe des théâtres du EIF était le bienvenu cette année (on vieillit, on veillit!).

Le bonheur des pop-up bars et restaurants

Tanqueray Secret Garden

Chaque année, le festival se développe (on se demande où il s’arrêtera!) et pour mon plus grand plaisir,  de nombreux pop-up bars et restaurants (des bars et restaurants éphémères) se sont installés dans toute la ville. Le Lobster Shack (ma cabane préférée de homard de North Berwick) avait ouvert une terrasse devant le Dome pour tout l’été. Plus besoin de faire le déplacement jusqu’à North Berwick pour le goût sucré d’un petit homard, il était directement servi au centre ville.

Nous avons aussi beaucoup apprécié les terrasses et bars sur St Andrew Square par exemple avec le Edinburgh Gin Bar, sa jolie terrasse et surtout sa scène jazz. Un endroit particulièrement agréable après une journée de travail pour se relaxer avec un cocktail (leur gin fizz était top!) tout en écoutant un petit air de jazz au soleil (oui oui ça arrive!). Tellement agréable qu’il ne faut pas arriver trop tard au risque de faire une longue longue queue pour votre verre (ah… la rançon du succès).

Un autre petit bijou qui malheureusement n’existe que pendant le festival: le Secret Tanqueray Garden, un jardin temporaire où l’on peut déguster bien sûr tous les gins de la marque Tanqueray et bien plus. Un endroit charmant avec des espaces couverts en cas d’averses intempestives juste à coté de l’unversité. Nous avons fait l’essai samedi dernier (bouuuh pourquoi on n’y a pas été avant! 🙁 )

Le grand final du festival

Chaque année, le feu d’artifice du 31 août marque la clôture de la saison « festival » par un graaaand évènement au pied du château. Cette année, le feu d’artifice était accompagné par l’orchestre de chambre écossais qui jouait dans le Princess Garden (le jardin situé à coté de Princess Street et au pied du château).

Ayant loupé l’évènement 2 ans de suite, cette année j’ai motivé les troupes pour y participer! Nous avons choisi d’aller le découvrir d’un lieu stratégique: le parc d’Inverleith. Situé au nord de la ville, le parc a une vue imprenable sur le château et la vieille ville. Une alternative agréable quand vous habitez dans cette partie de la ville et en plus, un écran géant retransmet le concert en direct. Vous ne loupez aucun détail de la soirée. Tout est là, moins la foule du centre ville.

Feu d'artifice de la fin du festival d'Edimbourg

J’ai été bluffée par le spectacle. 400.000 fusées ont été tirées pendant plus de 40 minutes. Selon les chiffres données par le festival, 17 artificiers ont travaillé 8 jours pour mettre en place cet évènement. La magie de ce feu d’artifice vient de l’orchestration des feux d’artifice en fonction de la musique qui est jouée. Un jeu de question-réponse offert à travers la musique classique et les illuminations. Un très très beau travail!

Un must see! La preuve en image!

Les points d’information sur internet:
Edinburgh International Festival
http://www.eif.co.uk/
Tanqueray Secret Gin Garden
https://www.facebook.com/56secretgarden

Et si vous venez bientôt à Edimbourg et que vous cherchez un endroit sympa pour casser la croute, découvrez aussi ma carte => Edimbourg pour les gourmands!

Soyez les premiers au courant !

Recevez des notifications directement sur votre ordinateur/tablette/téléphone lorsqu’un nouvel article est disponible

Newsletter

Recevez des news exclusives sur l'Ecosse une fois par mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*