Les incontournables de Pékin: toute une histoire…

 

Article - Entrée du palace au temple du ciel

Quelle excitation de commencer son voyage en Chine par la capitale: Pékin! Après 9h30 de vol, l’apparition dans mon hublot de cette grande mégalopole et surtout de la grande Muraille de Chine sur les montagnes aux alentours m’a juste donné le coup de fouet nécessaire pour oublier la fatigue et le jetlag.

Nous avons passé 4 jours complets à visiter la région. Je dis la région car nous avons commencé notre voyage par un petit weekend dans la campagne de Pékin, dans le village de Mutianyu où se trouve le chalet de la famille puis nous avons attaqué la découverte de la ville. 4 jours c’est vraiment très court… (Prévoyez plus si vous le pouvez!)

Pour ma première découverte de cette ville, j’avais une idée bien définie de ce que je voulais voir, comme vous pouvez l’imaginer. Je voulais découvrir la Grande Muraille de Chine, le Temple du ciel, le Temple du Lama, la place Tian’anmen et la Cité interdite. Un beau programme en soi pour seulement 4 petits jours sur place.

Chángchéng ou La Grande Muraille de Chine à Mùtiányù

Pendant notre séjour, nous avons trouvé une chose extrêmement utile quand on ne parle pas mandarin: avoir le nom des lieux où nous nous rendons écrit en pinying (écriture romane comme nous) ou en caractère chinois. C’est pourquoi, vous retrouvez dans les titres le nom en chinois! 🙂 Ça pourra vous aider dans les taxis par exemple!

Mais revenons à notre muraille! En sortant de l’aéroport, nous avons tout de suite pris la route vers la campagne et le petit village de Mutianyu. Depuis l’aéroport, nous avons mis une bonne heure et demi en voiture car le trafic était très fluide. Par contre au retour, nous avons mis 2h15 à peu près… Le dimanche soir est un cauchemar!

Nous sommes arrivés au moment où le soleil se couchait sur les montagnes et sur la Muraille de Chine… Une vision incroyable. Nous étions installés dans un grand chalet avec un jardin et surtout avec une vue panoramique sur les montagnes. Un endroit vraiment reposant et magnifique! Si vous cherchez un hébergement sur place, le chalet est d’ailleurs dispo sur airbnb mais il y a aussi des petits hôtels, des B&Bs ainsi que pas mal de locations AirBnB dans le coin.

A Mutianyu, il y a deux choses à faire: voir la Muraille de Chine et profitez de la beauté du site. Nous avons fait les deux et j’aurais pu rester là-bas une semaine… Pour profiter pleinement de la Muraille, vous pouvez la découvrir du côté touristique (une partie qui a entièrement été rénovée) ou du côté sauvage (la partie de la Muraille qui est mangée petit à petit par la nature). Nous avons testé les deux pour vous et voici mes impressions:

La Grande Muraille de Chine sauvage

La Muraille de Chine Sauvage

La Muraille de Chine sauvage se mérite mais elle vaut vraiment le coup d’oeil ! Attention, découvrir ce mur d’enceinte construit entre le 3ème siècles avant JC et le 12ème siècle peut vous donner des frissons. 😉 Cette construction pharaonique au dessus des montagnes parait au lointain comme un serpentin déroulé au milieu de la forêt. En moyenne, le mur mesure 4 à 5 mètres de large et 6 à 7 mètres de hauteur! On comprend tout de suite pourquoi elle est appelée une des 7 merveilles du monde ! Selon les cartes que j’ai pu consulter, les morceaux de muraille que nous avons vu dateraient de la dynastie Ming (du 14ème au 17ème siècle) et probablement de la dynastie Han (entre le 2ème siècle avant JC et le 2ème siècle après JC). C’est donc un gros gros morceau d’histoire…

Pour monter dans la partie sauvage de la muraille, il vous faudra déjà trouver le chemin et aussi prendre votre courage à deux mains quand le soleil estival est là! Même si le chemin passe sous une forêt de magnifiques châtaigniers pendant un bon moment, n’oubliez pas les chapeaux et les bouteilles d’eau. Pour trouver le chemin, cherchez sur la route principale un mur décoré avec une scène de guerre sur votre gauche et un panneau rectangulaire vertical sur votre droite avec l’inscription: Mutianyu International Cultural. Juste au pied de ce panneau débute un chemin, suivez le jusqu’à monter tout en haut de la montagne (il ressemble d’abord à une route puis à un chemin de rando bien sûr !). Si vous restez dans un hôtel, le personnel saura certainement vous indiquer le chemin.

D'une tourelle à l'autre sur la Muraille de Chine

Arrivés en haut de la montagne, vous vous trouvez nez à nez avec la bête! Entrez à l’intérieur de la Muraille par une meurtrière, slalomez entre les buissons et les pierres pour avancer vers des panoramas vertigineux… C’est un souvenir qui ne peut que rester gravé en vous.

La Muraille de Chine rénovée (avec des animaux sauvages :P)

Sophie sur la Muraille de Chine

La partie rénovée de la muraille de Chine est bien plus accessible ! Tout le monde peut y monter, même les dames en talons hauts apparemment (vu de mes propres yeux). Je vous dis qu’il y a des animaux sauvages parce que les touristes, particulièrement chinois, peuvent être un peu… « over the top ». Ils prennent des photos partout, ils prennent aussi de photos de vous parce qu’ils n’ont jamais vu de bêtes sauvages comme vous, bref… C’est pas la même ambiance que la Muraille sauvage où vous êtes seuls au monde.

Mais si vous avez la chance comme nous de venir pendant une période creuse et que la Muraille rénovée est quasiment déserte, vous passerez un très très beau moment à découvrir le mur d’enceinte et ses tourelles ! Pour monter, je vous conseille de prendre le télécabine et PAS les télésièges. Cela vous permettra de parcourir un bon morceau de la muraille avant de repartir en luge (très très sympa et vous pouvez acheter vos billets directement sur la muraille avant de descendre) ou en télésiège (idem pour l’achat de la descente).

Au moment de prendre vos billets au guichet, demandez un billet pour la muraille seulement. Dirigez-vous vers l’entrée des télécabines où vous pourrez acheter vos billets pour monter à cet endroit. Au guichet d’entrée, ils essaieront de vous vendre le télésiège mais dites non!

La Grande Muraille de Chine Rénovée

Entrée pour la Muraille à Mutianyu : 45 Yuans
Prix du télécabine pour monter: 80 Yuans
Prix de la luge pour descendre: 80 Yuans
Prix pour une montée en télésiège et une descente en luge: 100 Yuans
Informations complémentaires intéressantes sur la Muraille à Mutianyu sur China Highlight

Yōnghé gōng ou le Temple du Lama à Pékin

Après notre retour de la campagne, nous voici à l’assaut des monuments les plus beaux et les plus emblématiques de la capitale chinoise. Notre premier arrêt est le temple des Lamas.

Pagode du temple des lamas

Le Temple des Lamas à Pékin (on devrait dire LES temples des Lamas) est une visite qui m’a vraiment impressionnée. Fondé en 1694, ce temple bouddhiste tibétain est toujours là malgré les tumultes de l’histoire chinoise grâce à un ministre qui le sauva de la révolution culturelle! C’est fou!

Pendant votre visite, vous passerez de temple en temple et de salle en salle, contenant toutes les divinités du bouddhisme tibétain. N’ayant pas fait de recherche poussée avant notre visite, j’ai été extrèmement surprise par la taille de cet endroit! Il y a tellement de temples, de salles et de cours! A l’entrée de chaque temple, les gens allument 3 brins d’encens pour prier la divinité. Un brin pour la terre, un pour le ciel et un pour les hommes.

Bouddha du temple des lamas à Pékin

Le dernier temple est celui qui offre la plus « grande » surprise: un bouddha géant ou plutôt Maitreya, fait d’une seule pièce de bois de santal de 18 mètres de haut. Il tient juste pile poil dans son petit temple, cet homme géant! Dans l’enceinte du temple des Lamas, vous pourrez aussi visiter le musée du bouddhisme tibétain.

Sophie au Temple des Lamas

Prix de l’entrée du Temple des Lamas: 25 Yuans

Près du temple des Lamas, vous pourrez aussi  visiter le Temple de Confucius, un très bel endroit aussi dans les Hutongs (anciens quartiers résidentiels de Pékin).

Detail du toit du temple des Lamas

Tiān Tán ou le Temple du Ciel

Pendant notre deuxième journée dans la capitale, nous avons fait fort. Nous avons visité les 3 derniers incontournables de cet article. Mon préféré des trois a été le Temple du Ciel, bien sûr. Une sorte de refuge nature et historique au milieu de la capitale chinoise bouillonnante et fumante.

Temple du Ciel à Pékin - Sophie

Le Temple du Ciel a été construit de 1406 à 1420 par le même architecte que la Cité Interdite. L’architecture du Temple du Ciel est considérée comme l’architecture chinoise traditionnelle la plus aboutie. La salle du temple que tout le monde reconnait du premier regard, est la salle des prières à la bonne moisson. Son aspect rond fait référence au ciel qui était représenté en rond et la terre en carré dans la Chine ancienne. C’est un bâtiment absolument magnifique et je vous invite à visiter les bâtiments à ses côtés où des expositions expliquent les différentes évolutions du Temple dans le temps.

Tous les éléments (les salles, les maisons…) du Temple sont installés sur 267 hectares, de quoi passer une petite journée à sillonner tous les jardins et à visiter chaque ensemble de salles. La visite du site se fait de manière assez bizarre. A l’entrée du parc, vous achetez un billet pour le parc ou pour le parc et les bâtiments (jusque là rien de bien bizarre) puis ensuite pour rentrer dans les bâtiments annexes (pas le bâtiment de la salle des prières de la bonne moisson), il faut obtenir des tickets gratuits en montrant votre passeport. Je ne sais pas pourquoi…

Forêt du Temple du Ciel à Pékin

Le Palais du Temple du ciel

De tout ce que l’on a vu sur place, j’ai particulièrement aimé 3 choses:
– L’atmosphère du parc qui est fréquenté par les locaux et les touristes. Les chinois viennent y jouer aux cartes, danser, faire du sport… C’est une ambiance très communautaire (comme tout pays communiste qui se respecte j’assume)
– La salle des prières pour la bonne moisson bien sûr, qui est LE bâtiment le plus connu du site. Rond et aux couleurs vives, c’est un très beau bâtiment et vraiment différent des autres temples que nous avons visités.
– La salle de l’abstinence est mon troisième petit chouchou. Ce n’est pas une salle mais véritablement un palais bien délimité par des petites douves à l’ouest du parc. En ce moment, il y a une partie en rénovation donc on ne voit pas bien tout le palais mais nous avons pu y rentrer (de justesse, le palais a l’air d’être ouvert seulement le matin). Les jardins, les pagodes et le palais, tout est vraiment magnifique. Il était utilisé par les empereurs pour se retirer du monde. Comme nous nous faisons des digital détox, eux faisaient des people détox et cela peut se comprendre! 😉

Temple du ciel cuisine des offrandes

Palais du Temple du Ciel - Le jardin

Prix de l’entrée au Temple du Ciel à Pékin: 35 Yuans pendant la haute saison et 30 pendant la basse saison.
Prévoyez quelques heures de visite pour vous balader dans les jardins et visiter les différents bâtiments. Tôt le matin est un bon moment pour visiter et observer les locaux pendant leur séance de taishi.

Tiān’ānmén Guǎngchǎng ou la Place de Tian’anmen

Tian’anmen… Tout le monde a entendu parler de cette place pékinoise tristement célèbre… Je voulais voir de mes propres yeux ce monstre de l’histoire et bien… je n’ai quasiment rien vu. Barricadée, murée, elle était entièrement inaccessible pendant notre visite car le président indien était en visite officielle et qu’il utilisait le lieu pour faire des défilés et des parades. Pour accéder à la zone, nous avons été fouillés et scannés 2 fois de suite! Elle portait mal son nom ce jour là. On était loin de la « Place de la porte de la Paix céleste »!

Dans ces cas là, vous avez toujours une option pour découvrir la place: prendre de la hauteur. En rentrant dans la Cité Interdite, vous avez la possibilité de monter dans la première tour appelée la Tour du Midi pour admirer Tian’anmen depuis le balcon. C’est ainsi que j’ai pu mesurer un peu l’étendue de la quatrième plus grande place du monde. Elle fait tout de même 40 hectares!

Place de Tienanmen à Pékin

Pour y accéder, vous devrez vous acquitter d’un droit d’entrée de 25 Yuans.

Zǐjìnchéng ou la Cité Interdite

Comment décrire cet endroit en quelques mots… Gigantesque, minéral et impérial! Et aussi, pas tellement ma tasse de thé. Oups… Je le dis clairement… On ne peut pas le manquer car c’est un lieu emblématique de Pékin et de la Chine mais c’est aussi un lieu surdimensionné et oppressant à mon goût. Des successions de salles de trônes, de portes, de cours qui paraissent infinies. Et un nombre fabuleux de marches aussi. Des escaliers et des dragons de marbre se mêlent aux pagodes et aux salles à l’architecture traditionnelle chinoise colorée.

Dragon de la cité interdite de Pékin

La Cité Interdite de Pékin appelée aussi l’ancien palais par les locaux ou le palais musée, a été créée au même moment que le Temple du ciel entre 1406 à 1420. Construit par un empereur de la dynastie Ming, elle se nomme interdite car elle était réservée aux empereurs, à leur familles et leurs suivants. La population n’était pas autorisée dans l’enceinte de ce palais de 72 hectares dont 52 de jardins.

Quand je vous parle d’une succession infinie de salles, je n’en suis pas loin. La légende disait que le palais était composé de 9999 pièces (ce qui n’est pas vrai car le palais en compte plus de 8000 en tout) mais selon la tradition seulement, les dieux pouvaient construire des palais de 10.000 pièces, les hommes essayaient donc d’avoir le nombre le plus proche. Pourquoi 10.000? Car ce chiffre représente l’infini dans la culture chinoise et donc la longévité.

Cité interdite de Pékin en Chine

Pendant nos deux heures trente de visite, j’en ai pris plein les mirettes! Tellement, que l’on est content de tomber sur le jardin… Enfin… Un jardin qui est encore extrêmement minéral et plein à craquer de petits dragons, de pagodes et autres ornements. Je suis ressortie bien fatiguée de cette visite tellement intense. J’ai tellement absorbé de choses que j’ai décidé de lire un livre consacré à cet endroit, à tête reposée. Je voudrais comprendre un peu plus comment un tel fouillis de choses fonctionne. Parce que, oui, il y a une certaine hiérarchie et organisation dans cette IMMENSE cité pour une seule famille.

Une des salles du trone de la Cité Interdite de Pékin

L’entrée de la Cité Interdite est de 60 Yuans pendant la haute saison et de 40 pendant la basse. Sur place, vous pourrez  prendre un audio guide ou trouver un « vrai guide » qui vous racontera en live toute l’histoire du palais. Prévoyez quelques bonnes heures de visite si vous voulez en découvrir un maximum.

Porte de la Cité Interdite de Pékin

Mon récit sur les incontournables de Pékin s’arrête ici mais mon deuxième article vous relatera une expérience bien particulière de la capitale chinoise: une visite de 4h en side-car.

Total
6
Shares

Newsletter

Recevez des news exclusives sur l'Ecosse une fois par mois

10 commentaires

  1. Impressionnante muraille en effet, ça doit couper le souffle ! Les temples sont très richement décorés, superbe aussi … merci pour les petites astuces bien utiles pour préparer son voyage !

    1. C’était vraiment incroyable… On ne se rend pas compte de l’ampleur de cette oeuvre avant de l’avoir vu!
      J’ai essayé de mettre toutes les petites infos que je n’ai pas trouvé en préparant mon voyage! Je suis contente que ça te plaise 🙂 Bonne journée!

  2. A Mutianyu, il est aussi possible de la muraille en faisant de la luge… je l’ai découvert par hasard, les luges sont assez « basiques », mais c’est un chouette truc à faire…

  3. Ouah! Magnifique. Je suis tellement tentée d’aller loger dans ce hébergement près de la muraille sauvage.

  4. Ton article me rappelle tellement de souvenirs ! Je suis allée à Pékin en février 2006, il y a maintenant 10 ans !
    Merci de m’avoir fait revivre tout ça <3

  5. Ah que de bon souvenirs !
    J’ai ai fait un stage de 4 mois pendant la fac et j’ai adoré découvrir Pékin, c’est vraiment une ville ou même si la culture est radicalement différente, il est facile de s’y sentir vraiment bien !
    Moi j’avais adoré les Hutong (petits quartiers typiques) et je vivais a côté de l’immense marché aux puces de Panjiayuan, un vrai lieu rempli de trésors! Je ne sais pas si ça existe encore, ça change tellement vite :/
    Hate de lire ton prochain article !

    1. Coucou Lucie !
      Une grosse partie des Hutongs a été rasée et reconstruite malheureusement (pour les quartiers que nous avons visité en tout cas). Je ne sais pas exactement où est le marché aux puces dont tu parles donc je ne pourrais pas te dire pour cet endroit. J’ai fait d’autres articles sur la Chine si ça t’intéresse. En particulier un sur ma découverte en side car de Pékin ! C’était super chouette !
      A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*